Plus que jamaisen situation

Plus que jamaisen situation

Les concepts forgés par Debord, à commencer par celui de « spectacle », sont cotés sur le marché des idées. Mais on est loin d'avoir épuisé leur prescience contemporaine.

guy Debord a souvent dit que, plus que toute autre chose, il se considérait comme un « stratège ». Et, en effet, l'intérêt qu'il continue de susciter, plus de cinquante ans après la publication de son oeuvre majeure, La Société du spectacle, a beaucoup à voir avec sa capacité d'obtenir ce qu'il se proposait avec un minimum d'effort. Ainsi, il a réussi son pari d'élever sa voix contre le « spectacle » sans paraître sur scène, ainsi que le jugeaient indispensable tous les autres ennemis jurés de l'ordre existant : Debord ne se produisait jamais en public, n'accordait aucune interview, n'écrivait pas dans la presse, ne communiquait qu'à travers les moyens qu'il avait lui-même choisis (la revue Internationale situationniste, ses livres et ses films, promus par des producteurs et des éditeurs amis). Bref, il était inaccessible.

Cela a beaucoup contribué au mythe qu'il avait réussi à créer autour de lui. Jusqu'à son suicide en 1994, il a su défendre sa « ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon