Plus que jamaisen situation

Plus que jamaisen situation

Les concepts forgés par Debord, à commencer par celui de « spectacle », sont cotés sur le marché des idées. Mais on est loin d'avoir épuisé leur prescience contemporaine.

guy Debord a souvent dit que, plus que toute autre chose, il se considérait comme un « stratège ». Et, en effet, l'intérêt qu'il continue de susciter, plus de cinquante ans après la publication de son oeuvre majeure, La Société du spectacle, a beaucoup à voir avec sa capacité d'obtenir ce qu'il se proposait avec un minimum d'effort. Ainsi, il a réussi son pari d'élever sa voix contre le « spectacle » sans paraître sur scène, ainsi que le jugeaient indispensable tous les autres ennemis jurés de l'ordre existant : Debord ne se produisait jamais en public, n'accordait aucune interview, n'écrivait pas dans la presse, ne communiquait qu'à travers les moyens qu'il avait lui-même choisis (la revue Internationale situationniste, ses livres et ses films, promus par des producteurs et des éditeurs amis). Bref, il était inaccessible.

Cela a beaucoup contribué au mythe qu'il avait réussi à créer autour de lui. Jusqu'à son suicide en 1994, il a su défendre sa « ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes