Pinacothèque

Pinacothèque

En témoignages et en images, un hommage émouvant à la maîtresse de ballet de Wupperthal.

Un jour, Pina a demandé..., se souvient-on. Comme en réponse au documentaire que Chantal Akerman consacra en 1983 à Pina Bausch et sa troupe, Danser Pina écoute à son tour les interprètes du Tanztheater Wupperthal. Défilent vingt-quatre verbatims, recueillis par la journaliste Rosita Boisseau et illustrés par les photographies de Laurent Philippe, pour restituer une aventure collective brassant respect, distance, abnégation ou désir de fuite. « Je me suis littéralement vidé pour Pina au cours des années passées à ses côtés. Mais, avec elle, j'ai eu la sensation de grandir tout le temps. Une personne vous met dans la lumière et, à cet endroit précis, quelque chose d'incroyable se passe » (Rainer Behr).

Quand Jo-Ann Endicott, membre de la compagnie de 1973 à 2016, a appris au téléphone la mort de Pina (en 2009, d'un cancer fulgurant), elle s'apprêtait à se couper les cheveux, seule. « Les ciseaux sont tombés sur le sol et à la place de raccourcir mes cheveu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article