PIERRIC BAILLY*

PIERRIC BAILLY*

Je ne me sens pas du tout légitime pour vous dire quoi que ce soit sur le roman policier, un genre que je connais mal, même s'il m'intéresse de plus en plus. J'ai pensé à Pulp, de Charles Bukowski. Un faux polar, mais il est peut-être intéressant de noter que le dernier texte de cet écrivain, qui n'a cessé de raconter sa vie dans ses livres, est une fiction à tendance policière. Sentant la mort rôder, il a choisi d'écrire un polar. Je m'en souviens comme d'un livre un peu maladroit, qui fait semblant de s'amuser avec les codes du genre sans être dans le détournement scolaire, appliqué, l'exercice léché.

Comme toujours chez Charles Bukowski c'est très mélancolique, plein de visions magnifiques de vieux pochetron, on y croise même des extraterrestres et une Volkswagen Coccinelle rouge, ce qui suffit peut-être à lancer un bon polar.

Dernier roman paru : Michael Jackson (éd. P.O.L).

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon