Pierre Michon, Rimbaud le fils

Pierre Michon, Rimbaud le fils

Rimbaud est un contemporain de la naissance de l'art photographique : c'est en s'appuyant sur cette constatation et sur la puissance évocatrice d'un mode d'expression en plein essor que l'ouvrage de Pierre Michon manifeste son originalité. Sa recherche est éminemment littéraire. Il travaille la métaphore pour approcher au plus près de la vérité, celle qui se trouve « dans une âme et dans un corps ». Or, sur les photographies, « on ne voit que le corps. Et dans les vers, s'interroge Pierre Michon, est-ce qu'on voit l'âme » ? L'auteur s'attarde sur les « vies minuscules » de ceux qui ont côtoyé Rimbaud (Georges Izambard, Théodore de Banville ou Germain Nouveau), cherchant dans leur regard fixé par les appareils à plaque « ce petit mélange d'oeuvre et de vie qu'on appelle Rimbaud », mais sans illusions sur le pouvoir de vérité que recèle toute trace, qu'elle soit photographique, historique ou littéraire.

« Le désert, la soif, le Sort... »

...
Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon