Pierre Jourde, boxeur délicat

Pierre Jourde, boxeur délicat

Sous la forme d'un abécédaire, un autoportrait de l'écrivain, tour à tour rentre-dedans et rêveur.

Vingt-six entrées (vingt-neuf, en fait, Jourde trichant à la lettre A, avec quatre notices au lieu d'une) pour faire le tour de soi, explorer sa « géographie intérieure », selon la belle expression du titre : tel est l'exercice auquel s'est livré Pierre Jourde via le moule de la collection « Vingt-six », basée sur le principe de l'abécédaire. On peut tirer ce principe dans tous les sens : vers le roman à contraintes, comme Alain Fleischer dans Alma Zara, ou vers l'autoportrait, comme ici. Écrire par fragments, à partir de mots-clefs, n'est-il pas la façon la plus simple de réunir les facettes de son personnage (Jourde est écrivain, universitaire, pamphlétaire, blogueur), et de les mélanger à l'aspect intime (il est aussi boxeur amateur, amoureux de rock, père de famille, fils du terroir auvergnat) ? De recomposer ces facettes, en corrigeant l'écart entre l'image publique et la réalité (pour beaucoup de gens, Jourde reste le démolisseur de La Littératur ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes