Onfray : rancoeur à l'ouvrage

Onfray : rancoeur à l'ouvrage

L'essayiste avait dit s'imposer une diète médiatique. Il publie pourtant deux nouveaux livres où s'exprime essentiellement de l'amertume : celle de ne pouvoir jouir du statut d'intellectuel à l'ancienne.

Le 21 novembre 2015, un extrait d'une interview de Michel Onfray apparaissait en conclusion d'une vidéo de l'État islamique. Parmi plusieurs passages cités, une phrase finale reprise en boucle résumait à fois la conviction d'Onfray et l'argument de l'EI pour justifier le terrorisme : « Nous devrions, nous, la France, cesser de bombarder les musulmans sur toute la planète. » Une semaine plus tôt, le 14 novembre, au lendemain des attaques au Stade de France, sur les terrasses du 11e arrondissement de Paris et au Bataclan, dans un tweet qui suscita des réactions indignées jusque chez ses fidèles, Onfray déjà avait asséné : « Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l'islam politique récoltent nationalement la guerre de l'islam politique. » Ces deux phrases venaient s'ajouter à une série de déclarations à l'emporte-pièce qui s'étaient succédé depuis l'automne sur la question des réfugiés. Des déclarations d'une violence inédite, dans lesquelles Onfray traitait V ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon