Avec Foucault, la diagonale des fous

Avec Foucault, la diagonale des fous

Leur dialogue sur la démence reste respectueux mais ne déplacera pas les lignes : pour Derrida, le geste cartésien d'exclusion a été reproduit par Foucault, qui voit juste dans cette critique un réflexe de philosophe.

L'amitié qui lia Jacques Derrida et Michel Foucault s'esquive souvent derrière la querelle qui les opposa au sujet de la folie chez Descartes. L'origine de ce « débat » est à situer en mars 1963, lors d'une conférence 1 où Derrida commentera l'Histoire de la folie 2, thèse défendue par Foucault deux ans auparavant. Elle tracera la ligne de partage par laquelle s'opposeront deux des intellectuels français les plus influents.

Quelques lettres issues de leur correspondance 3 laissent pourtant deviner l'admiration de Foucault pour la démarche philosophique de Derrida, considérée comme profondément honnête. L'importance que Derrida accorde au jugement de Foucault s'y manifeste tout autant. Et, lorsqu'il est question d'une prochaine rencontre, Derrida informe son ami de la conférence qu'il donnera, au Collège philosophique, à propos « des quelques pages [qu'il] consacre à Descartes 4 » dans l'Histoire de la folie. Foucault y interprète en effet la première des Méditations comme l'i ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine