Philosophie de l'instant

Philosophie de l'instant

D'emblée, Jankélévitch affirme qu'il « serait en général bien peu debussyste d'attribuer à Debussy un quelconque système philosophique ». Le musicien fait au contraire miroiter, selon ses propres termes, le « presque rien ». C'est en effet « au comble de l'exténuation et de la raréfaction que se produit le clignotement de l'instant », écrit le philosophe, avant d'ajouter : « Perdue dans l'océan du silence, toute vie n'est-elle pas une vie brève ? » Conscient que la sienne ne serait pas longue, le compositeur, mort à 55 ans, n'aura eu de cesse de convoquer, « spécialité debussyste par excellence », « l'immensité à travers une fracture infinitésimale de l'harmonie » : le néant s'invite alors un court instant dans l'existence.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon