Philippe Sollers

Philippe Sollers

Je crois que nous vivons, non pas une décadence ou un effondrement général comme beaucoup de gens le pensent, mais le début de la construction d'une nouvelle grande Tyrannie qui a, me semble-t-il, un programme spontané, lié à ce qu'est devenue la marchandise sur la planète. Ce programme, j'essaie dans La Fête à Venise de l'attraper par un bout très particulier, mais qui me paraît valoir comme métaphore de l'ensemble de la société : qu'est-ce que ce trafic d'art tel que nous le connaissons, très superficiellement, depuis une dizaine d'années ? Je dis métaphore de l'ensemble de la société, car cela vaut pour la littérature, l'édition, la façon dont les gens ne sauront plus lire, dont ils auront un vocabulaire de plus en plus restreint, etc.

On pourrait dire que finalement Orwell a été trop simple. Il faut voir la chose dans sa nouvelle complexité. Il n'y a pas quelque chose qui se montre, mais, d'une façon beaucoup plus insidieuse, la construction sourde de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes