Philippe Claudel. Les Soprano : se faire des amis

Philippe Claudel. Les Soprano : se faire des amis

''D'où vient que pendant des jours et des jours je me suis intéressé, sans que jamais mon attention ni ne se lasse ni ne faiblisse, à la vie quotidienne de la famille Soprano ? D'où vient que, né et vivant en Lorraine, je n'ai pu m'empêcher de les fréquenter, eux dont l'existence, la culture, les rythmes, la pensée étaient profondément représentatifs d'un certain habitus nord-américain qui ne me fascine en rien ? D'où vient que souvent, entre le visionnage des épisodes, j'ai pensé à eux, à leur comportement, à leurs attitudes, à leurs problèmes, à leurs émotions, réévaluant certains événements survenus dans leur vie imaginaire, imaginant comment allaient évoluer les situations difficiles dans lesquelles ils étaient plongés ?

Les réponses à ces questions ne tiennent pas, il me semble, à la qualité indéniable de l'écriture et de la mise en scène de cette série, à l'interprétation sans défaut des acteurs, ni même à l'originalité du traitement qui, repre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine