PERSONNE NE SE SAUVE TOUT SEUL

PERSONNE NE SE SAUVE TOUT SEUL

Delia et Gaetano ne partagent plus qu'une certaine rancune, un peu de haine et deux enfants. Si ces derniers motivent leur rendez-vous autour d'un dîner au restaurant, leur conversation, d'abord tendue, évolue autour de réminiscences souvent lyriques, parfois dramatiques, de leur amour érodé par les discordes. Margaret Mazzantini dresse le portrait du couple contemporain déchiré entre l'idéal familial et l'émancipation individuelle, dans un style à la fois lapidaire et tourbillonnant. Gae désirait écrire des pièces de théâtre, il s'est retrouv é à devoir « pisser » des scripts pour téléfilms. Delia rêvait de ne pas suivre le modèle conventionnel d'une famille à poussette multiple dernier cri, de bâtir des amours différentes... Leurs voisins de table, vieux couple silencieux, reflète l'échec irréversible et monté de toutes pièces de leur relation. Mais, quand les visages sauvent si bien les apparences, « on ne peut imaginer combien de stupides désespoirs, combien d'incapacités à vivr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard