Perso, socio

Perso, socio

Évoquant son histoire familiale,la sociologue livre une réflexion habitée sur l'identité.

L'ego-histoire a été, à la fin du XXe siècle, une tentation majeure des historiens français, de Georges Duby à Jacques Le Goff. À ce genre se sont ajoutées d'autres formes d'enquête sur soi : l'ego-sociologie, magnifiquement illustrée en littérature par Annie Ernaux, la plongée historico-mémorielle à la manière de Daniel Mendelsohn dans Les Disparus ou, plus récemment, dans Retour à Lemberg de Philippe Sands. C'est un peu à tous ces genres que s'apparente Une histoire de France, enquête généalogique de la célèbre sociologue Nathalie Heinich sur ses origines métissées. Une photo perdue conduit peu à peu à une mémoire retrouvée, celle des Benyoumoff, famille de Juifs ukrainiens échoués à Marseille et devenus chapeliers. S'ensuit l'ordinaire de l'extraordinaire, le statut des Juifs, la déportation ou l'exil dans la région du Chambon-sur-Lignon, l'alliance avec une famille protestante dans l'après-guerre compliqué, sous la lumière du Sud, quelque part entre

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article