Perso, socio

Perso, socio

Évoquant son histoire familiale,la sociologue livre une réflexion habitée sur l'identité.

L'ego-histoire a été, à la fin du XXe siècle, une tentation majeure des historiens français, de Georges Duby à Jacques Le Goff. À ce genre se sont ajoutées d'autres formes d'enquête sur soi : l'ego-sociologie, magnifiquement illustrée en littérature par Annie Ernaux, la plongée historico-mémorielle à la manière de Daniel Mendelsohn dans Les Disparus ou, plus récemment, dans Retour à Lemberg de Philippe Sands. C'est un peu à tous ces genres que s'apparente Une histoire de France, enquête généalogique de la célèbre sociologue Nathalie Heinich sur ses origines métissées. Une photo perdue conduit peu à peu à une mémoire retrouvée, celle des Benyoumoff, famille de Juifs ukrainiens échoués à Marseille et devenus chapeliers. S'ensuit l'ordinaire de l'extraordinaire, le statut des Juifs, la déportation ou l'exil dans la région du Chambon-sur-Lignon, l'alliance avec une famille protestante dans l'après-guerre compliqué, sous la lumière du Sud, quelque part entre

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon