Penser l'Histoire

Penser l'Histoire

Considérant l'Histoire dans Temps et Récit , Ricoeur a privilégié la dimension de récit. Mais cette célèbre analyse ne peut à elle seule résumer une longue réflexion sur la nature de l'Histoire complexe.

Il n'est parfois pire ennemie du philosophe qu'une certaine notoriété. Depuis qu'a paru Temps et Récit 1983-1985, Paul Ricoeur passe, aux yeux de nombre d'historiens, qu'on ne saurait soupçonner d'être frottés de philosophie, pour avoir soutenu que leur discipline ne pouvait désormais se concevoir autrement que par « la mise en intrigue » d'un récit donnant à lire l'expérience humaine du temps passé. La conception que le philosophe se fait de la nature de l'histoire est assurément plus complexe que ce lieu désormais commun : feuilletée, il s'y retrouve aujourd'hui toutes les strates d'une réflexion tôt entreprise.

Dès Histoire et vérité 1, Ricoeur affirme que cette discipline, visant à expliquer et non pas à faire revivre, a renoncé - dans son ambition de reconstituer, donc de composer un enchaînement rétrospectif - au fantasme du fait historique total, du « passé intégral », dans lequel il voit «proprement une Idée au sens kantien, la limite j ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine