Peintre en puissance

Peintre en puissance

Le jeune Pasolini se destine et s'essaie un temps au dessin et à la peinture. Il en gardera le goût de l'autoportrait et s'attribue le rôle stratégique de l'élève de Giotto dans son Décaméron.

Au début des années 1940, le jeune Pasolini, fortement tenté par le dessin et par la peinture, participe même à quelques expositions collectives régionales, dans le Frioul, où il vit à l'époque. Il réalise alors une série d'autoportraits, pratique dont on retrouve des traces au fil des ans dans tout son corpus graphique. Ce sont surtout des dessins, conservés pour la plupart par le fonds Pasolini du Gabinetto Vieusseux, à Florence, qui préfigurent un rapport avec l'image qui marquera tout son parcours de création. On y voit un peintre au chevalet, vu de profil ou de trois quarts ; l'un porte la mention « Paolo peint ». Un autre dessin (ci-dessus), retrouvé parmi les papiers du peintre frioulan Federico De Rocco, à l'époque maître du poète. Pasolini s'y représente en peintre, de dos, sur une feuille divisée en deux : à gauche on trouve, achevé, le vase à fleurs qu'il est en train de peindre sur le côté droit. La mention « MOI PEINTRE PASOLINI » surmonte la feuille. Cet aut ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : La tempête qui vient, James Ellroy, éd. Rivages/Noir

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF