Peaux de lapins et mues de serpents

Peaux de lapins et mues de serpents

Richard Adams et Andrus Kivirähk

Comment se débrouiller lorsqu'on est parachuté dans des mondes qu'on ne comprend pas ?Les contes représentent une grande ressource en la matière. S'inscrivant dans cette lignée,deux récits animaliers sont gros d'une formidable énergie vitale, aux lisières de l'extinction.

Basculer d'un monde à un autre : c'est le principe même des contes et récits merveilleux. Alors que nous traversons un miroir, il peut être utile de relire, comme des manuels de survie, Alice au pays des merveilles, Le Magicien d'Oz ou Peter Pan. Le Lapin blanc ne penserait plus à son retard chronique, mais à la distanciation sociale ; l'épouvantail d'Oz se chercherait un masque, le capitaine Crochet des gants adaptés. Dans le même genre, on peut s'accrocher à deux fresques plus récentes. Elles dépeignent des mondes animaux malmenés, et ce n'est pas indifférent. Nous manquons aujourd'hui de chamans, anciens ou rénovés, capables de parler aux chauves-souris ou aux pangolins, mais aussi aux algorithmes, ces virus que nous comprenons de moins en moins.

Exode biblique

Publié en 1972 par le BritanniqueRichard Adams, Watership Down a depuis été traduit en vingt-cinq langues et s'est vendu à quelque cinquante millions d'exemplaires dans le mond ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes