Paysans, ouvriers, migrants...d'un peuple l'autre

Paysans, ouvriers, migrants...d'un peuple l'autre

En France, divers auteurs contemporains ont tenté de saisir les anciens et les nouveaux visages des sans-voix.

Les années 1960, se méfiant de l'engagement comme du réalisme socialiste, s'étaient détournées des réalités sociales. Au tournant des années 1980, la société, et avec elle le peuple, revient en force dans la littérature. Mais aujourd'hui on ne peut plus dire « le peuple » comme le faisaient Michelet, Hugo, Zola ou Vallès. Le peuple, pour l'écrivain contemporain, n'est plus un concept, un drapeau, une affiche, c'est une question. D'abord dans son existence même, à travers un regard nostalgique porté sur un monde qui disparaît. Pour preuve, deux livres, à peu près contemporains : La Place d'Annie Ernaux (1983) et Vies minuscules de Pierre Michon (1984). Deux écrivains d'origine populaire : l'une est la fille d'un cafetier-épicier de Normandie, l'autre le fils de paysans de la Creuse. Après des romans assez classiques - Les Armoires vides, La Femme gelée -, Annie Ernaux décide, pour dire celui que fut son père, qui vient de mourir, de renoncer à la f ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes