Patrick Süskind, Le Parfum

Patrick Süskind, Le Parfum

Le Parfum, comme son héros, pratique une alchimie particulière : convertir la boue en or, et vice-versa. Ce faisant, il encanaille le genre souvent compassé du roman historique. Né sur un tas d'ordures en plein coeur de Paris, un jour de 1738, le jeune Jean-Baptiste Grenouille rebute tous ceux qu'il croise : doté d'un odorat surdéveloppé, il ne cesse de flairer ses semblables tout en ne dégageant lui-même aucune odeur. Le nez d'exception devient l'apprenti d'un parfumeur, qui l'initie entre autres à l'art de la distillation, permettant de capturer toutes les senteurs. Grenouille la pratique bien au-delà des fragrances coutumières : il se met à tout mettre en bouteille, le miasme comme la jonquille et l'odeur des corps humains. S'ouvre dès lors une quête secrète - et bientôt meurtrière -, celle du parfum ultime, composé à partir d'un bouquet de jeunes filles en fleur...

À la fois précieux et viscéral, érudit et horrifique, Le Parfum s'est vendu à quelque vin ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon