PATRICK CHAMOISEAU*

PATRICK CHAMOISEAU*

Ils n'oeuvrent pas dans le genre, mais en sont des lecteurs. Nous avons demandé à ces onze écrivains et essayistes d'élire leur polar fétiche.

Si je devais retenir mon polar préféré, ce serait Nécropolis, de Herbert Lieberman. Un chef-d'oeuvre qui fait partie de mes classiques et que je relis régulièrement. Toute l'enquête se construit à partir des cadavres (beaucoup vont l'imiter par la suite, Patricia Cornwell et compagnie), dans un mélange d'expertise pointue et d'intuition, et la morgue de New York devient le prisme effrayant par lequel toute la ville, sa vie, ses moeurs, ses régressions, ses misères, se devine. Cet ouvrage est un beau concentré d'humanité, de vie puissante et de putréfactions.

Dernier roman paru : L'Empreinte à Crusoé (éd. Gallimard).

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon