Passions autoritaire

Passions autoritaire

Démagogie, avènement d'un chef charismatique, attaque des institutions : l'idéologie populiste remet en cause les cadres démocratiques.

le populisme est une illusion politique. Au sens étymologique du mot, d'abord : une tromperie qui joue sur sa propre ambiguïté auditive et sensorielle pour faire croire qu'il est le pouvoir enfin réalisé du peuple, et donc la vraie démocratie. Or, tel que le théorise Chantal Mouffe, le populisme débouche sur un régime autoritaire, bonapartiste et illibéral.

Dans les discours populistes, le mot « camarade », ce nom qui identifie la gauche et « qui marie cerise et grenade », chantait Jean Ferrat, est abandonné. Comme est délaissé le mot « citoyen ». Éliminé au soir du premier tour de l'élection présidentielle d'avril 2017, Jean-Luc Mélenchon s'adresse aux électeurs en ces termes : « Mon beau pays, ma belle patrie, et vous tous les gens, nous pouvons être fiers de ce que nous avons entrepris et réalisé. [...] Vous tous les gens, patrie bien-aimée, vous êtes un matin tout neuf qui commence à percer » ; puis, après le second tour : « Vous tous les gens, ne lâchez rien ! N ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article