Pas que Moix

Pas que Moix

Un plan de communication concocté par Satan... C'est à cela que, vue depuis la rédaction du Nouveau Magazine littéraire, ressemble la suite de déballages et de contre-déballages ayant émaillé la sortie du livre de Yann Moix, Orléans. Non pas que nous trouvions à l'équipe d'attachés de presse de Grasset des atours démoniaques. Ni même que nous pensions que tout cela avait été préparé. Mais le résultat est là : Yann Moix - non son livre, mais sa personne - occupe tout l'espace dévolu à la rentrée littéraire, avec des arguments qui n'ont que peu de rapport avec la littérature. A-t-il été martyrisé par ses parents ? A-t-il martyrisé son frère ? Jusqu'à quelle date était-il antisémite ?... Et nous voilà entraînés dans cette antithérapie de groupe dont les protagonistes s'enfoncent un peu plus à chaque séance, et le public avec eux, partagé entre gourmandise et répugnance. Et nous voilà, encore une fois, prenant prétexte d'un livre pour courir après la petite bête de la véracité absolue dans un paysage de témoignages contradictoires. Orléans est un bon roman, mais peut-on le lire aujourd'hui sans subir le parasitage de ses discours d'escorte ? L'affaire Yann Moix ne grandit personne. À moins qu'on ne s'en serve pour parler d'autre chose : le sublime Ordesa de l'Espagnol Manuel Vilas, par exemple. Lui aussi raconte ses parents mais n'a rien à leur reprocher, hormis d'être morts. Et lui aussi souffre : « Je comprends le martyre qui consiste à s'arracher la chair pour être plus nu ; le martyre est un désir de nudité catastrophique. » Yann Moix doit apprécier.

Ordesa, Manuel Vilas, éd. du Sous-Sol,400 p., 23 E.

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes