Le Magazine Littéraire mensuel n° 578 daté avril 2017 - Le judéo-christianisme, grandeur ou décadence

Le judéo-christianisme, grandeur et décadence

Judéo-christianisme, un débat relancé. Longtemps associée à une tradition culpabilisante, le judéochristianisme revient sur le devant de la scène dans un climat de crispations identitaires. Le succès du dernier essai de Michel Onfray, Décadence (celle de la civilisation judéo-chrétienne selon lui), confirme que la question travaille les esprits. Mais de quoi parle-t-on ? D’une civilisation ou d’une invention a posteriori ? D’un socle de valeurs communes à deux religions ? Ou d’un monde qu’elles auraient modelé ? Quand Onfray voit tout en noir et blanc, les auteurs que nous avons invités travaillent eux dans le clair-obscur. Avec la participation de Jean-Luc Marion, Jean-François Colosimo, Luc Ferry, Alexis Jenni, Frédéric Boyer, François Taillandier...

Version Numérique
ML578N
Le Magazine Littéraire mensuel n° 578 daté avril 2017, Le judéo-christianisme, grandeur ou décadence, Flipbook en ligne
4,90 EUR
Version Papier
ML578
Le Magazine Littéraire mensuel n° 578 daté avril 2017, Le judéo-christianisme, grandeur ou décadence, édition papier
6,20 EUR - Hors frais de port

Sommaire

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon