William Burroughs

Avec la modernité, la drogue s’est imposée comme un philtre de littérature majeur : ses usages et ses effets ont toutefois suscité des esthétiques aussi diverses que les substances privilégiées. Depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours, tour d’horizon des paradis et enfers artificiels, de Baudelaire et Rimbaud à Sartre et Cocteau, de l’opium à la mescaline. Nous nous attardons plus particulièrement sur le cas de William Burroughs, junkie dantesque et visionnaire : compagnon de route de la Beat Generation, l’auteur culte du Festin nu aurait cent ans aujourd’hui. Si la drogue est omniprésente dans son oeuvre, celle-ci n’en est nullement une apologie : il y voit plutôt le principe général de son temps. Pour Burroughs, nous sommes tous des camés.

Version Numérique
ML542N
Le Magazine Littéraire mensuel n° 542 daté avril 2014, Flipbook en ligne
4,90 EUR
Version Papier
ML542
Le Magazine Littéraire mensuel n° 542 daté avril 2014, édition papier
6,20 EUR - Hors frais de port

Sommaire

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes