La trahison

Le mot "trahison" nous conduit vers des chemins balisés dont il n'est pas facile de s'écarter – et l'on pense à Judas, à Caïn, à Ganelon. Comment redorer le blason d'une valeur perçue si négativement ? Il faudrait commencer par se soustraire au code moral qui prétend établir dans nos têtes un fossé infranchis­sable entre la fidélité et la trahison. De Romain Gary à Primo Levi, de Sartre à Genet, beaucoup d'écrivains ont voulu reposer différemment une question que le langage semblait avoir tranchée, pour dire combien le mot "trahison" est un leurre et pour démystifier l'idée convenue d'une "fidélité à soi". Quel est ce soi permanent, tellement content de lui qu'on puisse s'en satisfaire ?

Version Numérique
ML533N
Le Magazine Littéraire mensuel n° 533 daté juillet-août 2013, Flipbook en ligne
4,90 EUR
Version Papier
ML533
Le Magazine Littéraire mensuel n° 533 daté juillet-août 2013, édition papier
6,20 EUR - Hors frais de port

Sommaire

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard