Éloge de la révolte

Depuis l'Antique grecque -Diogène, les Cyniques, mais aussi Antigone - la révolte n'a cessé de remuer l'humanité. Fructueuse, dérangeante, fondatrice, devoir essentiel de l'être comme le rappelle Julia Kristeva, elle généra au Moyen Âge hérésies, jacqueries, insurrections d'étudiants et, après que la Révolution française en eut ravivé le désir, trouva son expression politique et littéraire dans la pensée libertaire. Trente ans après mai 68, on pouvait croire en péril un concept évacué et nié par les sociétés de progrès, qu'elles aient été libérales ou marxistes.

Sommaire

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé