L'errance de Cervantès aux écrivains voyageurs

Depuis Ulysse, le Juif errant, Don Quichotte, en passant par le Wanderer cher aux romantiques allemandes, jusqu'au tramp, au hodo de Jack London, la littérature a toujours eu à voir avec l'errance. On peut même imaginer que, pour elle, la prison est encore une forme d'errance. Silvio Pillico, Diderot à Vincennes, Sade à La Bastille. Et, naguère, Heidegger suivait les chemins qui ne mènent nulle part. Errance n'est pas promenade, ni flânerie. Oberman n'est pas Chateaubriand, qui souhaitait être enterré là où il mourrait, redoutant de devenir "un cadavre qui court la poste".

Sommaire

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine