Partout des remous

Partout des remous

Voilà un mot qui convient à l'actualité. Ces temps-ci, il s'impose. Remous autour de la présidence de l'UMP, remous à propos du mariage « pour tous » (excluant tout de même les petits enfants), remous sociaux, diplomatiques et partisans, à propos de toute action ou inaction gouvernementale.

Les remous diffèrent des agitations et des tempêtes, alors même qu'il y a dans ces vocables des courants contraires, des tourbillons et du ressac. Par rapport à l'orage et à la tempête, le remous évoque un mouvement en profondeur ; par rapport à l'agitation, terme très général, le remous suggère un mouvement naturel dans une masse liquide. Pourtant, l'origine du mot dément ce caractère spontané et involontaire.

Lorsque remous apparaît en français écrit, sous le règne de Louis XIV, qui choyait sa marine, c'est à propos du tournoiement de l'eau à l'arrière d'un navire qui va son chemin. Il ne s'agissait en fait que de l'action de remoudre, dont se charge le rémou ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon