Parlez-moi de votre mer

Parlez-moi de votre mer

Il a mal aux jambes. » Ainsi commence ce bref roman insulaire, à la construction redoutable mais au symbolisme un brin forcé. Il est seul, il en bave face au vent, « le soleil est blanc dans le ciel », mais il ne lâchera pas : sur les pentes volcaniques de Lanzarote, Henning s'échappe à vélo, fuit sa vie joliment rangée, une femme, deux jeunes enfants et un peu trop de responsabilités. Henning est un type de son époque. Son couple « fonctionne », il possède « un bel appartement avec bureau », il bosse dans l'édition - en son temps, il a même connu un joli succès de librairie avec un ouvrage intitulé Le Moi construit (en vérité, « un tissu de conneries »). Pourtant, Henning fait des crises d'angoisse. Peut-être qu'un jour, se dit-il, ses enfants vont disparaître sans crier gare », peut-être que « tout s'écroulera ». Il grimpe de plus belle, « pédaler lui fait du bien ». Le voici arrivé à Femés, petit village d'altitude. Il monte encore. Qu'est-ce qui lui prend ? « Le plus te ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard