Paris est une fête

Paris est une fête

Oeuvre posthume de Hemingway, parue en 1964, « Une fête mobile » eut une étrange destinée. C'est lors d'un voyage en France que les bagagistes du Ritz rendirent à Hemingway une malle oubliée dans l'hôtel depuis 1927. Elle contenait plusieurs petits carnets à couverture jaune et bleue dans lesquels Hemingway avait noté nombre d'épisodes de sa vie à Paris relatifs à ses premiers séjours. De retour à Cuba, dès l'été 1958, il conçut le projet de se replonger dans les souvenirs nostalgiques de sa vie parisienne, entre 1921 et 1926.

Dans un article de jeunesse, écrit alors qu'il n'avait que vingt-cinq ans, Hemingway déclarait : « Ce n'est que quand on ne croit plus à ses propres exploits qu'on peut écrire ses Mémoires. » Paris est une fête , sorte d'autobiographie romancée, écrite plus de trente ans après les faits rapportés, répond sans doute à cet aveu. Commencées à Cuba et finies au printemps 1960 dans l'Idaho, ces « Mémoires » exigèrent de Hemingway un dernier voyage à Paris afin de vérifier l'exactitude topographique de certains épisodes. Hemingway se montre, au fil des pages de ce qu'il nommait lui-même des « esquisses », remarquable observateur et mémorialiste aussi venimeux que cruel. Personne n'est épargné, à commencer par lui-même, omniprésent et pérorant, qui rapporte une des périodes visiblement les plus heureuses de sa vie. Certes, on trouve dans cette « biographie par ricochet » plus de mensonges que de jugements lucides, mais qu'importe, le document tronqué est drôle, pesant son poids d' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes