Parce que c'était Liu

Parce que c'était Liu

Nobel de la paix en 2012, héros de Tiananmen, ce trublion mort en 2017 reste l'inspirateur des Chinois en lutte contre un régime qui anesthésie la pensée.

À l'été 2008, alors que Pékin se préparait à accueillir les Jeux olympiques, Liu Xiaobo rencontrait discrètement, dans l'arrière-salle d'un restaurant populaire, des avocats, des universitaires, des activistes de tous poils, et même des membres du Parti communiste chinois (PCC). Il consultait pour produire un texte qu'il comptait rendre public quelques mois plus tard, le 10 décembre, journée internationale des droits humains. Ce texte, c'est la « Charte 08 », un programme de changement démocratique pour la Chine - ainsi nommé en référence à la « Charte 77 » des dissidents tchèques dont faisait partie Vaclav Havel -, traduit sous le manteau au sein de l'intelligentsia chinoise.

Une fois cette élaboration collective achevée, Liu Xiaobo se mit en quête de signatures, avec un succès inespéré : 315 citoyens chinois acceptèrent de le suivre, conscients des conséquences pour leur liberté, leur sécurité ou leur position sociale. Parmi eux, les éternels dissidents de la « génération ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes