Par-delà Lady Chatterley

Par-delà Lady Chatterley

Trop souvent réduit à son fameux récit d'initiation érotique, D. H. Lawrence a signé des portraits de femmes autrement plus complexes, ainsi qu'en atteste ce recueil de nouvelles.

En France, lorsqu'on ne le confond pas avec Lawrence d'Arabie, D. H. Lawrence reste dans les esprits comme l'auteur du récit des amours de Constance et de son garde-chasse, le fameux Amant de lady Chatterley, pourtant l'un de ses moins bons livres. En Grande-Bretagne, son pays d'origine, où son oeuvre était bannie, et surtout aux États-Unis, qui l'accueillirent vers la fin des années 1920 avant de censurer L'Amant à leur tour, son heure de gloire date du début des années 1960, trente ans après sa mort, alors que le livre circulait sous le manteau. Un épisode de la série Mad Men montre les secrétaires se repasser le bouquin dans les toilettes. Lawrence apparaissait alors comme l'un des parrains de la révolution sexuelle. Dix ans plus tard, parce qu'il admirait Nietzsche, les féministes lui firent un sort, l'étiquetèrent fasciste et phallocrate, et Lawrence retourna dans l'oubli. Restait de lui le souvenir vague d'un auteur de divertissement érotique diletta ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine