Par écran interposé

Par écran interposé

En 1964, l'écrivain met en scène le dispositif même du cinéma dans son court métrage Film, où le vieux Buster Keaton ne cesse de fuir l'oeil intrusif et implacable de la caméra

en 1936, Samuel Beckett écrit une lettre, restée sans réponse, à Sergueï M. Eisenstein. Il souhaitait intégrer le cours de mise en scène que le célèbre réalisateur avait créé à l'école soviétique de cinéma, le VGIK. Près de trente ans après, en septembre 1965, Buster Keaton est ovationné au Festival de Venise à l'issue de la projection du court métrage de Samuel Beckett et Alan Schneider, Film. Visiblement ému, le mythique acteur américain avoue assister pour la première fois à un festival de cinéma - qui plus est pour un film qu'il a souvent déclaré ne pas comprendre.

L'idée de confier à Beckett la réalisation de son premier (et seul) film revient à l'éditeur américain Barney Rosset. Celui-ci avait subi quelques déconvenues en tant que producteur avant de diriger Grove Press, une maison d'édition qu'il fait connaître par ses choix audacieux, sa francophilie (Ionesco, Robbe-Grillet, Genet, Sade) et par plusieurs procès pour obscénité, lors de la parution de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes