Papa maman bobo

Papa maman bobo

Les parents, en raison de leurs manquements, offrent à leurs enfants l'inestimable avantage de jouir à leur guise du statut de victimes.

Si l'on se réfère aux différentes mythologies et à la façon dont, par exemple, Saturne se comportait avec sa progéniture, il faut reconnaître que tous les parents ne sont pas exemplaires. Il est vrai encore que ces drames originaux expliquent en partie la façon dont l'histoire des dieux et des hommes s'est ensuite déroulée. Mais il est important de se souvenir qu'il ne s'agit que de fables. D'une certaine façon, nos mythologies contemporaines, qui se déploient dans les romans ou les séries télé, ont fait une telle place à ce schéma explicatif qu'il nous est devenu aussi naturel que l'air que nous respirons.

Il est difficile de trouver une fiction contemporaine où les tourments du héros ne sont pas renvoyés en dernière instance à quelques traumas qui viendraient de l'enfance. Et, parmi eux, les parents ou leurs manquements occupent une place de premier choix. Ce n'est pas que les parents soient toujours coupables des reproches qu'on leur adresse, mais, en devenant une figure ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon