Paolo rumiz : un arpenteur se fait vigie

Paolo rumiz : un arpenteur se fait vigie

À 68 ans, l'écrivain italien a sillonné de nombreux pays et confins. Il a choisi cette fois-ci de se retirer dans un phare croate, perdu au beau milieu de l'Adriatique, pour une méditation au long cours.

Le plus célèbre des travel writers italiens, invité d'honneur du festival Étonnants Voyageurs, publie, à 68 ans, Le Phare, voyage immobile, fruit d'une espèce de retraite qu'il s'est accordée l'année dernière. Pour en parler, ainsi que de son parcours, Le Magazine littéraire est parvenu à le rencontrer, en exclusivité, à Vicence, en Vénétie.

Le problème, avec un écrivain-voyageur, c'est que ça ne tient pas en place. Surtout l'infatigable Paolo Rumiz, qui, depuis 2001, chaque printemps, effectue pour le quotidien de Rome La Repubblica un long périple sur une idée de son choix, depuis un Trieste-Istanbul à vélo, et le raconte ensuite durant l'été, sous forme d'un grand feuilleton qui fait monter les ventes et lui vaut un courrier des lecteurs aussi abondant qu'enthousiaste. Il en tire ensuite des récits de voyage, qui sont autant de best-sellers en Italie. Quatre ont été publiés en France jusqu'ici, dans la collection « Étonnants Voyageurs » ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine