Pandémie zombie

Pandémie zombie

Chaque mois,Le NML s'arrête sur l'une de ces figures du mal qui nous hantent, à notre insu ou pas.

Le succès mondial de la série The Walking Dead dit bien l'importance que les morts-vivants ont prise dans notre imaginaire comme figures d'une apocalypse qui nous guette. Ce mal décérébré est d'autant plus intéressant qu'il emprunte aujourd'hui une forme de narration qui n'a plus grand-chose à voir avec ce qu'elle était initialement. En effet, le terme « zombie » vient du créole haïtien zonbi, qui désigne une personne victime d'un sortilège faisant de lui un automate corvéable à merci. Nous sommes loin de ce que George Romero en fait dans La Nuit des morts-vivants, sortie en 1968, qui va révolutionner ce thème. Dans ce film, il est simplement question de morts qui sortent de leur tombe et veulent en découdre avec les humains.

Plusieurs opus suivront, et bien d'autres déclinaisons cinématographiques, télévisuelles ou littéraires creuseront un sillon narratif nous permettant de comprendre pourquoi le zombie est devenu une figure du mal si importante ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes