Pacte avec un jeune loup

Pacte avec un jeune loup

Retrouvant chez Truffaut l'ardeur juvénile de Radiguet, Cocteau le soutient avec affection. Tacticien efficace et vite autonome, le cinéaste aidera en retour le mage désargenté.

Tout le monde a en mémoire le Festival de Cannes 1959 et l'anecdote qui a transformé en icône cet événement : sur les marches du palais, le 4 mai 1959, Jean Cocteau protège paternellement le jeune François Truffaut, dont le film Les Quatre Cents Coups, retenu in extremis par le comité du festival, bénéficie d'une projection officielle qui lui vaut un triomphe public (1). L'ancienne génération parraine la jeune, encore fragile ; les avant-gardes se tendent la main par-dessus les décennies en enjambant l'insignifiant « cinéma de la qualité française ». Cette belle image d'Épinal contient une part de vérité, comme toujours, mais les rapports entre Cocteau et Truffaut ne s'y réduisent pas. Ils furent moins directs qu'on ne le raconte, et les relations entre leurs cinémas moins évidentes qu'il n'y paraît.

Au Festival du film maudit

Leurs rapports s'inscrivent sous le signe de la fidélité, mais ils ont commencé sur un registre doux-amer e ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon