Périls de la lecture

Périls de la lecture

Nul n'est prophète en son pays. Fille du plus jeune maire de Téhéran, Azar Nafisi est partie étudier la littérature anglo-saxonne à l'étranger, est revenue enseigner en Iran, a été remerciée en 1995 avant de plier définitivement bagage. Lire Lolita à Téhéran, son best-seller, se voulait un appel à la résistance ; La République de l'imagination creuse le même sillon. En Iran, certains risquent leur vie pour la littérature. Et chez nous ? À travers Huckleberry Finn, Babbitt, Le coeur est un chasseur solitaire, elle sonde maintenant l'âme de l'Amérique, son pays d'adoption, pointe l'« égoïsme avide » de cette nation de migrants et célèbre les pouvoirs inextinguibles de l'imaginaire. Il nous faut, implore Azar Nafisi, « accepter les dangers que présentent des pensées inconnues ». Courage, lisons !

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine