Périls de la lecture

Périls de la lecture

Nul n'est prophète en son pays. Fille du plus jeune maire de Téhéran, Azar Nafisi est partie étudier la littérature anglo-saxonne à l'étranger, est revenue enseigner en Iran, a été remerciée en 1995 avant de plier définitivement bagage. Lire Lolita à Téhéran, son best-seller, se voulait un appel à la résistance ; La République de l'imagination creuse le même sillon. En Iran, certains risquent leur vie pour la littérature. Et chez nous ? À travers Huckleberry Finn, Babbitt, Le coeur est un chasseur solitaire, elle sonde maintenant l'âme de l'Amérique, son pays d'adoption, pointe l'« égoïsme avide » de cette nation de migrants et célèbre les pouvoirs inextinguibles de l'imaginaire. Il nous faut, implore Azar Nafisi, « accepter les dangers que présentent des pensées inconnues ». Courage, lisons !

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes