Péguy par le bas-côté

Péguy par le bas-côté

Dans son premier essai, paru l'an passé, Charles Coustille se consacrait aux convulsions, nausées et procrastinations d'écrivains face à l'exercice de la thèse d'université : l'étude, intitulée Antithèses (Gallimard), était comme de bien entendu tirée d'une thèse. Sans doute le jeune universitaire, après avoir étudié et enduré les codes de la monumentalité académique, a-t-il ressenti le besoin d'une autre forme, tenant moins de la cathédrale que du camping-car - de l'aire de repos et du road-movie. L'un des cinq écrivains évoqués dans sa thèse était Charles Péguy : faisant une recherche à son propos sur le web, il tombe sur la mention d'un parking Péguy à Stains, en Seine-Saint-Denis. Demandant un peu plus tard à ses élèves de Créteil s'ils connaissent le poète, ceux-ci répondent que c'est un arrêt de bus juste à côté. Ne se souviendrait-on de lui que sur Google Maps ? Et c'est parti : le prof commence à se balader virtuellement dans les rues Péguy de toute la France, décou ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard