Père délétère

Père délétère

Quinze ans après une expérience ravageuse au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis, Stanislas Nordey a pris la direction du Théâtre national de Strasbourg. Il assurera la direction artistique avec six metteurs en scène, dix comédiens et six auteurs qu'il a choisis. Il fera le pari de la parité et de la diversité. Il posera la question des territoires et des publics. Il donnera une importance cruciale au texte contemporain, comme il le fait depuis plus de vingt ans. Parmi les auteurs qu'il a lui-même mis en scène, Pasolini occupe une place à part. C'est avec Bête de style que Nordey, en 1991, a vraiment lancé sa carrière. Il a poursuivi avec Calderon, Pylade et Porcherie. Affabulazione, traduit par Jean-Paul Manganaro, est son cinquième spectacle pasolinien. Il n'aurait pu le monter ni le jouer avant. Il lui fallait prendre de l'âge, de l'expérience et devenir un père, au moins un père de théâtre, un père pédagogue, un père metteur en scène. Car le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes