Otium

Otium

Penser l'art, qu'on le crée ou qu'on le contemple, ne se réduit pas à un mot. « La rationalité doit s'allier avec la sensibilité, la subjectivité, le plaisir, la curiosité, le goût. » À l'origine pourtant, il y avait un terme utilisé dans l'Antiquité, l'otium, dont le neg-otium, le négoce, désormais au coeur de nos sociétés, constituait l'opposé. Pour revenir sur l'histoire de la dévaluation de cette notion, Jean-Miguel Pire utilise des oxymores : « loisir studieux », « ennui fécond », « spéculation gratuite »... Né en Grèce antique, l'otium se trouve dès l'Empire romain relégué à la sphère privée, ce qui reste quand les obligations publiques ont été remplies. Par la suite, il ne cessera de se définir négativement : loin des guerres de Religion avec Montaigne, contre les sociétés corporatistes avec les sociétés de pensée prérévolutionnaires, contre l'utilitarisme, l'Église, le positivisme... En résistant à travers les siècles, l'otium néanmoin ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes