Olivier Py

Olivier Py

"la tentation de l'irreprésentable"

Directeur du Centre dramatique national d'Orléans, Olivier Py s'est imposé très tôt à travers des comédies volontiers adolescentes, avant de développer une veine lyrique qui a trouvé sa pleine expression dans La Servante , la seule pièce du répertoire qui dure vingt-quatre heures, et Le Visage d'Orphée . Très engagé, il a participé, avec Ariane Mnouchkine et François Tanguy notamment, à la grève de la faim pour la Bosnie en 1995. Il est présent à Avignon avec deux pièces, Théâtres , que met en scène Michel Raskine, et Requiem pour Srebrenica , qu'il a mis en scène lui-même. Cette pièce à déjà été représentée à Orléans et à Nanterre, on la verra en Avignon du 23 au 27 juillet : elle est dans le droit fil de ce combat politique puisqu'elle essaie d'éclairer les quatre années de guerre entre la Yougoslavie, la Bosnie et la Croatie à travers la mise à la scène de différents témoignages. Moins une pièce d'écrivain qu'une piè ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon