Ode maritime de Fernando Pessoa, 1914

Ode maritime de Fernando Pessoa, 1914

C'est sous l'hétéronyme d'Álvaro de Campos, ingénieur naval de formation, que Fernando Pessoa écrit en 1914 Ode maritime, long poème de plus de mille vers que le public français redécouvre aujourd'hui grâce à une mise en scène de Claude Régy et à une nouvelle traduction*. C'est sans doute l'une des oeuvres les plus éblouissantes du génie portugais, une longue divagation à la fois très physique et ésotérique, qui transmet au lecteur une ivresse difficile à qualifier. « Seul sur le quai désert, en ce matin d'été,/Je regarde du côté de la barre, je regarde vers l'Indéfini ». La rêverie commence sur un quai du Tage, à Lisbonne, où un homme regarde les bateaux qui partent comme dans un des célèbres tableaux peints par Claude le Lorrain au xviie siècle 1 : sur « la mélancolie de pierre » du quai, on charge les dernières marchandises parmi ceux qui partent et ceux qui restent, tandis que l'horizon brille déjà de toutes les promesses. Mais l'imagination du rêveur solitaire d'Ode maritime n' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon