Octavio Paz

Octavio Paz

La poésie est l'art le plus ancien. À partir du moment où les hommes se sont mis à parler, ils ont pensé et dit des poèmes. La poésie, par essence, est parlée, parole dite et non écrite. La poésie moderne est beaucoup moins parlée qu'écrite. Après le fossé qui s'est creusé au xviiie siècle, c'est le symbolisme, je crois, si créateur dans le domaine du langage, qui a éloigné la poésie du public. Aujourd'hui, la chanson a pris la place de la poésie populaire. Mais la parole comme acte peut survivre à l'écriture. Après tout, Homère n'a eu nul besoin de lire les poètes ou les penseurs qui l'ont précédé. Il y aura donc des issues en liaison avec toutes les ressources du son et de l'image.

La poésie ne peut se dissocier de la liberté. Il y a une tradition dans ce domaine, à commencer par les poètes grecs et latins. Pensez à tous les combats que les poètes ont dû soutenir au cours des siècles. Dans le monde qui s'ébauche, je crois que notre réflexion devra porter sur la réconciliati ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes