Obama Song

Obama Song

Plume de l'ancien président américain, Ben Rhodes était aussi son confident et son conseiller diplomatique. Rencontre à Paris autour de ses Mémoires sur dix ans de compagnonnage.

J'avais 29 ans et Obama parlait le langage de la morale et de la sincérité. Je cherchais un héros. Un type capable de comprendre les enjeux et de sauver la situation. » Ben Rhodes cherchait son Batman, il trouva Obama. « Et puis je voulais écrire des discours, et lui est un excellent orateur. » Depuis, il a modifié ses attentes et probablement le scénario qu'il pensait écrire.

Ben Rhodes a été le rédacteur des discours d'Obama, son conseiller en matière de politique étrangère et son confident pendant huit ans à la Maison Blanche. Quand, au Caire, le président américain annonce une nouvelle ère de dialogue avec le monde musulman, quand il célèbre la démocratie à Athènes, quand il reçoit le prix Nobel à Oslo, Ben Rhodes écrit ou coécrit ses allocutions. Il est aussi son porte-parole devant la presse. Quand Obama renonce aux frappes aériennes contre le régime de Bachar el-Assad, Rhodes est son avocat. Il joue un rôle déterminant dans la défense de l'accord nucléaire entre Obama ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon