Où sont les femmes ?

Où sont les femmes ?

Une critique féroce d'un féminisme occidental autocentré où tout le monde en prend pour son grade.

La « Femme » n'a jamais existé, le féminisme non plus, et encore moins la solidarité des opprimé·e·s. Avec une sorte de cruauté qui vient de son intelligence et avec une forme de désespoir qui s'associe à ses remarquables efforts pour comprendre où aller, Françoise Vergès se livre à une critique acerbe de ce qu'elle appelle tantôt « un féminisme blanc et impérialiste », tantôt un « féminisme civilisationnel ». Selon elle, loin d'être une forme de résistance à de nouveaux dangers (islamisme...), le mouvement de libération des femmes européennes a, depuis toujours, impliqué l'exclusion des « autres » (esclaves, colonisés, etc.).

Depuis longtemps, il s'associe à des formes d'intervention impérialiste et d'exploitation capitaliste, mais aussi à toutes les stratégies possibles et imaginables d'invisibilisation des femmes noires, indigènes, maghrébines, qui n'ont pourtant jamais cessé de prendre part à l'histoire. Autour de cet axe, Françoise Vergès tire tous azimuts, à la fois sur ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article