NU DANS TON BAIN FACE À L'ABÎME. UN MANIFESTE LITTÉRAIRE APRÈS LA FIN DES MANIFESTES ET DE LA LITTÉRATURE

NU DANS TON BAIN FACE À L'ABÎME. UN MANIFESTE LITTÉRAIRE APRÈS LA FIN DES MANIFESTES ET DE LA LITTÉRATURE

Y a-t-il plus de romanciers que de lec teurs ? Reprenant le motif du Zarathoustra nietzschéen, Lars Iyer « tue » la littérature en précisant qu'elle n'a jamais été aussi prolifique. Mais le marché du livre pâtit d'un relativisme qui bloque toute polémique féconde : « L'art se construisait jadis dans l'opposition, mais à présent il se consume dans la machine culturelle, et le sérieux lui-même se trouve réduit à une sorte de kitsch pour les générations X, Y et Z. » Face à la mort de la littérature, ce petit livre, riche en références, préconise... l'écriture.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes