Nouvelles prises

Nouvelles prises

Faux-semblants joue sans surprise sur le registre du « rien n'est ce qu'il paraît être ». Cependant, pour rendre justice au roman de Kjell Ola Dahl, il faut se pencher sur son titre norvégien : « Une femme dans du plastique ». Là où la traduction française souligne le versant ludique du polar démêler le vrai du faux, le titre original renvoie à la tradition de l'épouvante. Épargné, le lecteur comprend qu'en réalité le roman cherche moins à lui inoculer une peur qu'à la décliner en de nombreux personnages tous obsédés, voire terrorisés, par l'enfance et le vieillissement. Ainsi, quand l'enquête fait ressurgir un douloureux secret d'adolescence pour le détective, l'une de ses collègues essaie de gommer nerveusement ses rides. Le thriller, sous ses faux airs de récit musclé, peut aussi proposer une étude de caractères incisive.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon