Nouveau nez

Nouveau nez

Le bouillant réalisateur de Gomorra a traité son Pinocchio avec respect, mélancolie et inventivité.

Révélé sur la scène mondiale avec Gomorra, âpre adaptation du livre de Roberto Saviano sur la camorra napolitaine, Matteo Garrone a ensuite fait montre d'un goût pour la farce ricanante avec Reality et Tale of Tales. Étonnamment, il s'attaque aujourd'hui à Pinocchio. On pouvait s'attendre à une relecture caustique du célèbre personnage pour enfants créé par l'écrivain Carlo Collodi. Bonne surprise : nulle trace d'ironie ni de cynisme dans les plus de deux heures du film. Prévaut une esthétique italo-circassienne, un casting riche (dont Roberto Benigni dans le rôle de Gepetto), une surcharge de maquillages et d'effets numériques évoquant Jean-Pierre Jeunet en moins grotesque (ce qui n'est pas le plus simple à accepter). Mais aussi une forme de récit picaresque qui se développe dans une succession de vignettes où le cinéaste incorpore de façon très fluide des éléments fantastiques, moraux ou sentimentaux. Dès que le bout de bois originaire manifeste ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes