Nouveau, mais toujours littéraire

Nouveau, mais toujours littéraire

Lecteur de votre magazine depuis la classe de première - au début des années 1970 -, professeur de lettres abonné ensuite, j'ai fait s'abonner le lycée dans lequel j'ai travaillé trente-cinq ans, et je dois vous avouer que je n'ai pas compris ce qui m'arrivait lors du tournant Glucksmann. Ensuite, le prosélytisme athéisant de l'été dernier a gêné ma conception de la laïcité. Tous ces éléments m'ont amené à résilier mon abonnement, considérant qu'un outil de référence majeur avait disparu. Et puis, voilà qu'il est question de rentrée littéraire et que ce mois-ci, des voix légitimement nostalgiques s'élèvent. C'est le moment de dire avec Apollinaire combien « l'espérance est violente ».

Pierrick Brault

J'ai été largement perturbé par la refonte du NML, qui m'a semblé perdre son âme. Dans Le Magazine littéraire, l'adjectif littéraire a son importance. Et Dieu sait que ces dossiers d'écrivains m'ont ravi, aidé, enchanté, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article