Nous sommes tous des juifs anglais

Nous sommes tous des juifs anglais

Le Shylock du Marchand de Venise, même s'il dit sa part d'humanité, est conçu avec les poncifs élisabéthains colportés sur les juifs.

Le Marchand de Venise (1596) est une oeuvre de moins en moins jouée en France, la pièce étant souvent accusée d'alimenter l'antisémitisme, qui connaît une résurgence inquiétante de ce côté-ci de la Manche. Qu'en est-il au juste ? Shakespeare y met en scène un juif qui prête mille ducats au marchand Antonio en échange d'un contrat léonin (une livre de sa chair s'il ne rembourse pas la somme à temps). Shylock, qui cherche à se venger (il reproche à Antonio de prêter de l'argent gratis et de l'avoir insulté en crachant sur sa gabardine), a en apparence tout du méchant de l'intrigue.

Le fait est que, après l'expulsion des juifs d'Angleterre par Édouard Ier, ceux qui restaient étaient des convertis, même si certains continuaient de pratiquer leur culte en secret. Mais l'affaire Rodrigo Lopez allait rallumer une flambée de détestation antijuive. Ce marrane d'origine portugaise était le médecin personnel de la reine. Or, en janvier 1594, le comte d'Essex, le favori d'Élisa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes