Nous courons vers l'abîme

Nous courons vers l'abîme

La démocratie est en déclin et le chaos devient planétaire. Pour pallier le désastre, il faudrait que l'Europe, bunker des libertés attaqué y compris de l'intérieur, défende vraiment ses idéaux.

pas de quoi paniquer, pourrait-on se dire, puisque rien n'a changé. Les démocraties sont minoritaires, mais elles l'ont toujours été. Totalement bloquée, l'ONU ne fonctionne pas, mais quand a-t-elle assuré la paix ? Les guerres massacrent et affament, mais elles n'avaient jamais cessé de le faire. Les dictatures emprisonnent, assassinent et torturent, mais il n'y a là aucune nouveauté. Alors non, c'est vrai, rien ne s'est vraiment aggravé dans le monde, mais il y a pourtant trois raisons de craindre que nous ne courions vers l'abîme.

La première est que, si minoritaires qu'elles aient été, les démocraties dominaient le monde jusqu'à la fin du xxe siècle. Elles ne sont pas moins nombreuses mais sont autrement moins puissantes car le poids des dictatures s'est, lui, considérablement accru. Il y a bien sûr la Chine, qui ne comptait à peu près pas il y a moins de vingt ans et pas du tout jusqu'à ce que Deng Xiaoping la réinitie à l'économie de marché il y a moins de qua ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard